( 20 août, 2017 )

Un village, la vie

Un village , la vie .

Rappelez vous , ça vivait ! les villages respiraient,

vivaient, c’était différent.

Maintenant c’est propre, certains diront que c’est beau !

Nouveaux temps.

Pas de principe de précaution, gamins, seuls

dans le marais, on partait,

Le marais, époque oubliée, partout des roseaux,

jamais sans bottes.

partout , au bord de l’eau, on allait, paysages

naturels, et j’te barbotte.

maintenant c’ est mieux ! fais pas çi, fais pas ça,

en escarpins et talons hauts.

Te balader au bord de l’eau, tu peux, gazon soigné,

Joliment fleuri, c’est beau !!

Y avait des roseaux, mais y avait aussi Ulysse,

menuisier, charron ,il fabriquait

barques et cercueils, à la demande.

Des barques,des centaines,il a fabriqué,

Connues partout à la ronde, vertes, bordure rouge.

Maintenant c’est mieux : vive le plastique.

Y avait Ulysse, et les autres, y avait aussi les bistrots, les cartes,

Des canons, as de pic

De Toussaint le facteur, de Guégot l’ marchand

De peaux de lapins ! on reparleront .

ainsi va la vie

Charles en pJEQUEL

( 20 août, 2017 )

Solitude,plénitude

21317

( 20 août, 2017 )

le sahara

sahara101

( 20 août, 2017 )

J’ai croisé des gens heureux

J’ai croisé des gens heureux,

Souriants, pas malheureux.

Le soleil en est témoin.IMGP1003

Amoureux venus de loin,

Gouter la vie jusqu’à la lie,

Les beaux restes de la vie,

A l’ombre des parasols,

Se foutent des tournesols.

En taxi jouent aux cadors,

La vie comme  beau trésor.

Mon pote, lui  anar au soleil,

Fuyant les cartes vermeil.

Il aime les gens du pays,

Pas les cul- bénis en abbaye,

Tous différents, mais heureux,

Ils sont les derniers bienheureux.

 

Ainsi va la vie

Charlesp

 

 

 

 

 

 

 

 

( 20 août, 2017 )

J’aime pas la guerre

J’aime pas la guerre.

Au pays du coquelicot
J’ai vingt ans, et pas de pot,
J’veux pas faire la guerre
J’aime trop la terre.

J’marche dans la gadoue
J’tombe l’ nez dans la boue,
J’cours, il pleut des bombes
J’’ai peur, c’est l’hécatombe.

Au pays du coquelicot
Un casque pour chapeau,
La tranchée pour caveau,
La guerre est mon fardeau.

Faut tuer ou mourir
Marcher ou courir.
Les gamins vont tomber
Ils vont hurler et pleurer.

Au pays du coquelicot
Qui peut être si beau,
Il faut obéir et mourir
L’chef l’a dit sans rire.

Il s’en fout, il est à l’arrière
Il soigne sa carrière
Et nous par millions
On va mourir au front

Il n’aime pas les coquelicots.
Ainsi va la vie
Charles en p. IMGP2236

( 19 août, 2017 )

Portrait par moi lol

le-pacha-225x300

( 19 août, 2017 )

Portrait par Ashfra

ashfrat

ashfrat

( 18 août, 2017 )

Les mabouls de retour

Les mabouls sont de retour,

De  Kaboul à Mossoul.

Les loups ont mordu la ville,

La saignant, de marques indélébiles.

 

Les mabouls sont de retour,

Je pleure, la nuit, le jour.

Le ciel déverse ses larmes,

Refusant de crier aux armes.

 

Les mabouls sont de retour,

Terreur, folie sans détour.

Je n’aime plus les camions,

J’n'aime pas les goupillons.

 

Les mabouls sont de retour,

Charognards , vautours

Et croquants, nous vous chasserons,

En votre paradis, vous renverrons.

 

Les mabouls sont de retour.

Ainsi va la vie

Charlesp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( 18 août, 2017 )

Dis moi m’sieur

Dis-moi m’sieur, j’veux pas grandir
Je cherche le pays du sourire,
Le pays ou la guerre n’existe pas
Sans horreurs et sans soldats.

Dis moi m’sieur, j’veux repartir
Là où j’étais p’tit, et pas grandir
Au temps où j’suivais pépère,
Lui, il l’avait connu la Der des Der.

Dis moi m’sieur,
Les grands y veulent tout démolir,
Pépère dit qu’ils sont devenus fous
Et que tout ça, c’est pour les sous .

Dis moi m’sieur, j’veux te dire,
Il n’faut pas toujours démolir,
C’est pas bien, ça fait pleurer
Les enfants qui veulent juste jouer.

Dis moi m’sieur,
Petit, tu aimais beaucoup rire
Alors tu dois dire aux grands
De redevenir de beaux enfants.

Des enfants la tète pleine de rêves
Sur une terre qui tourne enfin rond.
Ainsi va la vie
Charles en p  60798_612700862107874_1532376546_nportait a faire

( 18 août, 2017 )

Mes derniers tableaux, uile, crayons de couleur, aquarelles

WIN_20170630_16_54_53_ProWIN_20170528_18_47_47_ProCABANEFLEURSWIN_20170207_20_58_31_ProWIN_20170526_12_53_00_ProlesWIN_20161118_11_43_04_Pro-00114479628_1791103904504714_4960917054231595521_nHUILE2011i282319414608838637._szt5_IMGP1287

aux crayons de couleurs

aux crayons de couleurs

IMGP2212IMGP2642IMGP0604IMGP1621

( 17 août, 2017 )

y a des gens m’sieur,dames

 

Y a des gens, madame, ils ne pensent pas
Leur plaisir, ne vous causer que tracas
Leur culture, c’est l’ curé et miss France
La cure, pour les vacances et les finances

Y a des gens, madame, ils sont médisants
Leur plaisir, critiquer les autres et leur bilan
Leur culture, vu être vu, Adamo et M.Pokora
J’n’ai rien contre, j’préfère Brel, Ferré et Barbara

Ya des gens, madame, faut les éviter,
Leur plaisir, savoir tout sur tout le monde
Leur culture, c’est la télé des jean-Pierre,
Aux Rougon- Maquart, ils préfèrent Closer

Y a des gens, madame, leur vie, morne plaine
Leur plaisir, à la messe prier Jésus et Madeleine
Leur culture, grands chapeaux, grandes orgues
J’préfère voir Renaud, se tapant un Ricard à Sorgues

Ainsi va la vie
Charlesp à OK Corral
IMG_5622IMG_5622

( 17 août, 2017 )

le peintre de Djerba

EblouissantJ’me fais un thé vert,

Ca aide pour les vers.

j’ai croisé un artiste,

C’est pas un cubiste.

 

Il peint la belle vie,

Rend la vie plus jolie.

C’est le peintre de Djerba,

Deauville, c’est pas Cuba.

 

Il a traversé la mer,

Pour Cagnes sur Mer.

Il voit les badaux passer,

Venus juste pour jouer.

 

D’autres devant leur écran,

Deviennent tous ses amis.

Le peintre est heureux,

le peintre est chaleureux.

 

Il aime les vrais amis, aussi,

Il peint c’est son métier , aussi.,

Peindre est un difficile chemin

Son bel atelier est son jardin.

 

Les passants passent nonchalants,

Ils aiment sans cliquer, les passants.

Le peintre imagine sa toile voler,

Vers Deauville, se faire accrocher.

 

Le peintre , l’artiste vit sa passion,

Mais comme moi, il doit manger.

Ainsi va la vieIMGP3079

Charlesp

 

 

 

chemin

 

 

 

( 17 août, 2017 )

J’ ai oublié la vie d’avant

Je veux m’éloigner de ce monde
Je suis sur terre, cette boule ronde
Ras le bol des ces bêtes immondes.

Cette planète si belle, il faut la sauver,
J’préfère la nature, il faut la protéger
L’humanité est en perte d’équilibre,
La nature elle, si belle nous enivre.

Je ne comprends pas ce besoin de guerre,
Je veux continuer à découvrir terre et mer
Il y a tant et tant de haine et de déraison.

Il suffirait que chacun vive en raison sa religion
L’homme tue, l’homme pollue, il perd la tète,
Des milliards d’années pour façonner la planète
Un siècle pour tuer forêts, rivières, et l’humanité.

Je préfère m’éloigner de ce monde mercantile
Apprendre à vivre autrement, tranquille,
J’men fous de peindre moins bien que le voisin,
J’me fais plaisir, je préfère rester dans mon coin.

J’ai voulu aussi être le premier, c’est mon regret,
J’ai oublié la vie d’avant .
Et c’est tant mieux

Ainsi va la vie
Charles en p JJJJJEAU

( 17 août, 2017 )

La cloche de pépére

IMGP0668

 

Elle tintait, tintait la cloche de pépère

Aux carrefours, elle appelait les mémères,
Ecoutant les décisions du maire
Annonçant les marchés éphémères.

Elle tintait, tintait la cloche de pépère

Délivrant les avis à la population,
Aux mémères pleines d’attention,
Aux gamins ne ratant pas l’occasion
De faire les cons.

Elle tintait, tintait la cloche de pépère.

La télé est arrivée, la cloche s’est arrêtée
Pépère est parti, internet est arrivé,
Y a pu de mémères, y a plus de misères,
Les gamins continuent de faire les cons

J’ai gardé la cloche, j’ai perdu pépère
Ainsi va la vie
Charles en p IMGP2237

( 15 août, 2017 )

Je réve le jour,la nuit

Je réve , le jour , la nuit, des mille et une nuit,
je pense jusqu’au bout de mes longues nuits.,
j’ai vécu un temps que j’imaginais sans fin
Je révais, du tour et de Poupou son dauphin.


je réve, le jour, la nuit.
j’imagine, je me fais un film sur l’avenir,
je réve d’un monde meilleur à venir,
D’un monde ou les mots guériront les maux.


je réve, le jour, la nuit;
J’ imagine les présidents, ne parlant que de paix,
Tous unis, chantant le jour du nouveau beaujolais,
je réve d’un monde ou les armes auront disparues,
Que les canonst des militaires auront bien fondu.


Je réve,le jour ,la nuit.
Les enfants ne verseront plus de larmes,
Que les présidents devenus sans armes,
Feront couler l’eau, sur la planéte entiére,
Que tous les humains mangeront à leur faim.


Je réve, le jour , la nuit,
Qu’ un homme, une femme se lévera,
Qu’il hurlera, stop le monde se reveillera,
Sans guerre, et ses charrois de morts,
Et ses religions qui prient à travers et à tort.

LEVER SOLEIL ET PECHEURS
ainsi va la vie
charles pas en p

( 15 août, 2017 )

J’marche,j’pleure

J’marche, j’pleure !

J’marche, toujours dans la boue
Mes godasses dans la gadoue,
Il pleut sans cesse, sans espoir
Des années, a broyer du noir.

J’pleure, loin de ma pauvre mère
J’marche sur les morts, sale guerre,
Les rats, les poux, l’bruit des bombes
La nuit, le froid, drôle de monde.

J’ai pas envie de tuer le type d’en face
Il est comme moi, notre sang se glace,
La peur, toujours la peur de mourir
Pour lui, pour moi, plus de sourires.

La guerre, blesse les corps, les idées
La guerre blesse nos cœurs, sans pitié,
Je n’en peu plus, de la folie humaine
J’ veux retrouver, ma maison, ma plaine.

Là-bas dans ma plaine, il fait beau
C’est la moisson, le blé en cadeau,
J’pleure, ici j’creuse mon tombeau
Mes larmes coulent de mes yeux bleus.

J’veux juste revoir, ma pauvre mère !
Ainsi va la vie
Charles en p 60798_612700862107874_1532376546_nportait a faire

( 15 août, 2017 )

Les migrants

L’monde est d’venu fou
C’est pas nouveau,
On tue pour des sous
C’est le chaos.

On massacre des enfants
De Gaza à tripoli,
Immondes assaillants
Tuent par folie.

Pas de répit, j’vous l’dit
Pétrole et religions,
Ils en font leurs lits
Ça ne sent pas bon.

Humanité en déchéance
Qui pense progrès,
Ou il n’y a que finances
Par les banquiers dirigés.

Ils massacrent, assassinent
C’est le moyen-âge,
La mort les fascine
Indignez-vous, il y a carnage.

Comme Martin Luther King
Faites un rêve,
Nos présidents en smoking
Ne pensent que trêves.

Indignez-vous, c’est la crise !
Pas d’leur faute
Ils vous disent, la mine grise !
Et la tète haute.

Des milliers de morts,
Présidents en vacances,
De fatigue, ils sont morts.
Pas d’leur faute !

Ainsi va la vie
Charles en p
60798_612700862107874_1532376546_nportait a faire

( 14 août, 2017 )

De djerba à Chenini

Je suis à Djerba, pays du soleil, la pluie nous fuit

les oliviers plusieurs fois centenaires sans pluie

Certains sont millénaires, leurs troncs torturés

Ils ont connu, Romains, Phéniciens, et curés

 

j’ai quitté mon clocher et me v’là prés d’un minaret

La pluie ne veut pas tomber sur nos vieux oliviers

Elle préfère inonder de  larmes du ciel, ma terre

Là-bas au plat pays, ou l’on récite un ou deux pater

 

j’ai quitté Djerba, je file vers Tataouine,  Chenini,

Tataouine, J’imagine les bagnards au soleil de midi

Les bagnards sont partis, reste Chenini dans sa splendeur

Les touristes, haletants découvrent ce paysage, tels des voyeurs

 

Au lointain se dessine le désert, le sable des dunes du Sahara

Le début de la vie, enfin seul face à l’immensité, ciel bleu en apparat

Ainsi va la vie

Charlespdesert-merzouga

 

 

 

 

 

( 14 août, 2017 )

Je reviens de Elbibane

Je reviens de loin, d’El Bibane,
Tout là-bas au bout du monde.
Pécheurs, biquettes, et chicanes,
Barques colorées partout à la ronde.

Bled d’un temps oublié, silencieux,
Cour de récré, les pieds dans l’eau.
L’école, vue sur mer, merveilleux,
Bled en pauvreté, beauté en cadeau.

J’prends le temps de regarder,
Beauté, mais tant de difficultés.
Pécheurs heureux de rentrer,
Vendre leur pèche, bien gagnée.

J’prends le temps d’écouter,
Village endormi, assommé.
La vie au ralenti, pas affamé,
Juste les biquettes se balader.

J’ai vu la pauvreté, la beauté,
Les gamins jouer et me saluer.
La fée électricité est enfin arrivée,
La télé aussi, ce soit- disant progrès.

Viendra les regrets du temps passé,
Les touristes viendront en ce musée,
Comme d’autres visitent les zoos,
L’argent arrivera, ça sera moins beau.

Important, est la richesse du cœur,
Manger à sa faim, est pur bonheur,
Pas facile la vie au bout du monde.
Ainsi va la vie
charlesp 60798_612700862107874_1532376546_nportait a faire

( 14 août, 2017 )

Tic Tac Tic Tac

 

Tic tac tic tac
J’écoute le temps qui passe,
Je pense, je vis, je m’prélasse.

Tic tac tic tac
J’imagine le temps passé,,
Je vois les pépés, les mémés
Assis prés de la cheminée.

Tic tac tic tac
Silence, ni radios, ni télés,
Juste le bruit du papier froissé,
Des flammes, sur le bois léché.

Tic tac tic tac
Pépé, mémé le dos vouté
Sur leurs bâtons, appuyés,
Au chaud prés du foyer
Ecoutent le temps passer.

Ti tac tic tac
Silence, y a l’ voisin qui se pointe,
Partie de cartes et ses feintes,
Un canon, du café, la goutte
La vie au compte gouttes.

Tic tac tic tac
Pas d’internet, pas de stress,
Un temps ou rien ne presse.
Tic tac tic tac

Ainsi va la vie
Charles en p IMGP2151

( 14 août, 2017 )

La nature et nous

La nature et nous
Si un jour tu passes en Picardie vivifiante
Un p’tit village, niché en verdure luxuriante,
Tu découvriras, avec ses plaines et marais.
En terre picarde, affamé tu ne seras jamais.

Dans la vallée, la rivière doucement s’écoule
Paradis des pécheurs, des touristes,
En mal de solitude, loin des grandes foules
Prends le temps d’écouter, persiste.

Jamais la nature ne te décevra, elle décide
Prends le temps de regarder,
Paysage, en place, chez lui tu résides
Des millénaires pour le façonner.

Tu lui dois respect, pour tant de beauté
La nature, plus forte que toi,
Si tu l’agresses, tu seras vaincu, laminé
Protège là, soigne là, tu seras roi !

Ainsi va la vie
Charles en p
WIN_20170207_20_58_31_Pro

( 13 août, 2017 )

Sur mon ile

J’ me rêve en Robinson,

C’est tous les jours poisson.

J’me trouve bien sur mon ile,

Avec Vendredi ,me fait pas de bile.

 

Sur mon ile, je ne suis ni roi , ni curé,

l’égal du ricain et du fou de Corée.

Deux roitelets, deux gros mabouls,

qui nous ont fait le coup à Mossoul.

 

J’ne veut pas quitter  Belle-Ile en mer,

J’ ai baptisé ainsi cet ilot de terre.

Le calme enfin revenu, je repartira,

tout là-bas sur mon ile de Djerba.EAU

 

Ainsi va la vie

Charlesp

 

 

 

( 13 août, 2017 )

Dormir dans le désert

maroc1

 

Je parcours la ville, en grisaille
Passants tristes et sans gouaille,
Tout est droit, pas de marmaille.

Il pleut sur la ville et ses briques
Le désert m’attend, mirifique,
Je traverse les champs d’oliviers,
Le désert est là, oasis et greniers.

Plat pays dont je deviens comparse,
Au loin maisons blanches éparses,
J’entends le silence du désert brulant.

Berbères sur le sol assis et nonchalants
M’offrant leur sourire, le thé et le pain,
Loin de ma ville de briques, au lointain.

Sous la tente berbère, la nuit sera bonne
Je suis un bédouin, je pars pour Babylone.
Au bout du monde, sublime coucher de soleil
Ebahi je suis, par tant et tant de merveilles.

Je peux dormir, la tète dans les étoiles
Avec pour abri, rien qu’une tente de toile,
La beauté des paysages me laisse pantois
Pays si beau, si grand, j’en suis le roi.

Ainsi va la vie
Charles en p

( 13 août, 2017 )

En Luberon

i282319414608838691._szt5_Je m’balade dans le Lubéron
Avec ma valise pas en carton,
Il suffit de papier et de crayons
Pour en croquer cette région.

Il fait toujours beau en Lubéron,
Je reste coi devant Roussillon
Ebahi par ses ocres, admiration !
J’suis passé prés du pont d’Avignon.

Provence, Vaucluse, Lubéron
Les baux de Provence, les santons !
Combien de peintres sont passés
En cette région, artistes fascinés.

Albert Camus pour l’éternité à Lourmarin,
Avant les Marquises y est passé Gauguin.
Cézanne et la montagne sainte victoire,
Le Ventoux, histoire de victoires et déboires !

J’ai découvert Gargas, ses melons et cerisiers,
Là-bas, en Lubéron, je suis comme vous, extasié,
Il faut y passer, il faut s’y arrêter, il faut regarder.

Ainsi va la vie
Charles en p

( 13 août, 2017 )

Le bing bang

 

Le bing bang
J’pense à toi planète de mon cœur
Du bing bang si loin, tu viens.
Long chemin pour toi et tes sœurs
J’pense à moi, pauvre terrien.

Perdu en cet immense univers
Parmi tant d’étoiles.
Toi, la terre, coup de tonnerre
Vlan tu te dévoiles.

De ce corps, rempli d’eau, de vie
De cette boule vivante,
Humanité et nature ont jaillit,
Tu les voulais flamboyantes.

Cette vie toujours en évolution
Création des dinosaures,
Des artistes de Cro-Magnon
La vie enfin s’instaure.

J’pense à toi, terre, décadente
Rêve d’humanité brisée.
De ta réactivité si surprenante
Ton évolution, sera sauvée.

L’humanité effrayée, repartira
La nature survivra

Ainsi va la vie
Charles en p
DESERT3

( 13 août, 2017 )

Mes beaufs, mes potes

Mes potes, mes beaufsdesert-merzouga !.
Les potes c’est à vie
C’est toi qui les as choisis,
J’préfère, ma bande de mecs
Les beaufs, faut faire avec.

Quarante ans à s’emmerder
Jamais pu s’blairer.
Des blaireaux, qui s’la Pete
Vont prier, s’signer aux vép’

Mes potes vont pas voir l’curé,
Vont en face, café et tiercé.
Ça énerve les beaufs, la messe
Y’ obéissent à leurs gonzesses.

Les beaufs, ça file droit, à table
Un p’tit loto à deux balles
Et ça t’sort une bouteille,
C’est du bon, elle est vieille !

Mes potes, du mêlé cassis,
S’en foutent, eux c’est l’pastis,
Y r’font le monde
Y voient pu , si brunes ou blondes.

Mes potes, d’bons mecs,
Pas d’chichis, un peu à sec,
Mes beaufs, sont des gens biens !
Mes potes, aiment c’qui est bien.
C’est pas pareil .

Ainsi va la vie
Charles qui s’en fout  

( 13 août, 2017 )

le pécheur et la mer

 

Les flots bleus de ses yeux
Plongent dans l’océan bleu,
Telle une sirène, jaillissante
De cette mer éblouissante.

La nuit, loin des youyous
Qu’il est doux, le clapotis
Des vagues, douce nuit,
Place aux rêves fous.

Les flots à nouveau,
Livrent le bleu de l’eau,
Pécheurs au boulot
Sur la mer et ses rouleaux.

Je l’aperçois là-bas la sirène
Sortant des flots, la reine,
De cette mer, embellissant
La vie de l’homme vieillissant.

Ainsi va la vie
Charles en p LEVER SOLEIL ET PECHEURS

( 12 août, 2017 )

J’suis Marco Polo, c’est mon héros

J’suis dans l’avion, direction Canton
Je n’en connais que le riz, la mousson,
Et ses routes envahies par les vélos.

J’suis Marco polo. C’est mon héros

Je prends le train, vers Hongkong
J’vais naviguer, sur les eaux du Mékong,
Suis fasciné, émerveillé en baie d’Along.

J’suis Marco polo. C’est mon héros

Me suis fait un pote, partie de majong
Au loin retentit, le son du gong,
Les rues dégorgent de boutiques.

J’suis Marco polo. C’est mon héros.

La foule se presse, chalands asiatiques
Parmi tant de produits exotiques,
Tant de chinois et moi, et moi.

J’suis Marco polo, c’est mon héros

Partout, je suis le bienvenu, merci
Pas envie de repartir, trop bien ici,
Le monde est beau, suffit de l’aimer
Ceci est une autre histoire !

J’suis Marco polo, c’est mon héros.

Ainsi va la vie
Charles en p 

maroc-paysage-desert

( 12 août, 2017 )

Des gens de coeur

desert-merzougaDes gens de cœur

Qu’il est triste de côtoyer la misère
Pensent des âmes au cœur de pierre,
Certains vous diront qu’il suffit de travailler
Ou qu’il serait mieux de les renvoyer…

La misère n’est pas meilleure sous le soleil
Elle ronge le monde, même ou est bleu le ciel,
Oui des hommes tuent femmes et enfants.

Des médecins bénévoles, par de là les frontières
Au péril de leurs vies, soignent blessés de guerre,
Victimes d’Ebola, de faim, de soif, de grippes aviaires,
Oui, j’ai vu les ONG, de toutes parts, sauver leurs frères.

Que dire des restos du cœur, remplis de générosité
Du téléthon, d’Emmaüs, de toutes ces âmes révoltées,
Oui je fais partie de ceux qui un jour se sont indignés.

Indignez-vous, contre les faiseurs de guerre,
Contre ceux qui pensent qu’il suffit de travailler,
Que les chômeurs et émigrés, dans le même panier
Ne sont que profiteurs, oui soyez indignés.

Chez les nantis, combien de milliards détournés
Sans même un regard pour ceux devenus délaissés,
N’oubliez pas les clowns, amusant les malades éplorés.

Il est plus généreux de donner du temps que de l’argent,
Mais les deux sont bienvenus pour les délaissés de la vie.

Ainsi va la vie
Charles en p

( 12 août, 2017 )

Le soleil se léve !

_Douz_2

Le soleil se léve, majestueux, rayonnant sur  désert

le désert du Shara de Douz

clin d’œil à la princesse du désert

( 18 juillet, 2017 )

Moi le mécréant (‘essai)

Moi le mécréant, le cœur battant,

En la voyant, je deviens croyant,

fusillé par ses yeux flamboyants.

Elle est apparue, à la Soubirous,

Elle a pourchassé les marabouts,

Majesteusement, je vous fait un aveu,

Sans prier  dieu, j’ ai fait un vœu.

Je suis le mécréant, qui a vu

ce que les malotrus n’ont pas  vu.

( 15 juillet, 2017 )

Liberté chérie

Toi mon pote, mon poto,

t’es parti loin de Porto,

Pour l’aventure à Djerba,

Ta pas connu Bourguiba.

 

Le type avait des couilles,

C’était pas une andouille.

Les femmes lui disent merci,

La liberté n’a pas de prix.

 

Le pays s’est révolté,

Pour plus de liberté,

Ea Lybie, pays d’a coté,

le Kadafi a été pourchassé

 

Sarko a voulu s’en méler,

Pour une valise de billets.

Le pays à feu et  à sang,

il a mis l’bazar, c’est le néant.

 

Sans mon pote, j’ai vu la Lybie,

les réfugiés morts vers l’Italie.

Sarkozy, tu m’fais gerber,

Mon poto a vu tes charniers.

 

Mon pote,  né dans Germinal,

N’aime pas l’ curé d’Epinal,

ça fini toujours  à la baston,

Y en a marre des cons.

 

Ainsi va la vie

Charles pas en p

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’a

( 12 juillet, 2017 )

Soir de pleine lune

  1. Soir de pleine lune, j’regarde le ciel,
    Les yeux vers les étoiles en kyrielle,
    Tellement de points en brillance,
    Lumières chamboulant ma croyance.
  2. Lumières qui nous font rêver, pleurer,
    Simplement penser, pour ne pas oublier.
    Tous, bébés aimés, choyés par la mère,
    Les tyrans eux même ont pleuré leur mère.
  3. Je regarde la lune, je prends la plume,
    Pour des prunes, j’suis dans la lune.
    Sur terre, les bébés enfin devenus grands,
    Se déchirent, ça en devient désespérant.
  4. Assis sur le sable, les yeux vers le ciel,
    Imaginant l’immensité, croisant Gabriel,
    Un ange, surement vrai ! l’curé m’l’a dit,
    Alors là-haut au ciel, maman nous sourit.
  5. Quand je partirai, je vous ferai un signe,
    Certains diront que j’Nen suis pas digne.
    J’ai rêvé ! je battais Lucienne au scrabble,
    Tout ceci est imprévoyable, et improbable.
    Yes we can
    Ainsi soit il
    Charlesp
( 12 juillet, 2017 )

Je réve

  1. Je réve , le jour , la nuit, des mille et une nuit,
    je pense jusqu’au bout de mes longues nuits.,
    j’ai vécu un temps que j’imaginais sans fin
    Je révais, du tour et de Poupou son dauphin.
    je réve, le jour, la nuit. …
    j’imagine, je me fais un film sur l’avenir,
    je réve d’un monde meilleur à venir,
    D’un monde ou les mots guériront les maux.
    je réve, le jour, la nuit;
    J’ imagine les présidents, ne parlant que de paix,
    Tous unis, chantant le jour du nouveau beaujolais,
    je réve d’un monde ou les armes auront disparues,
    Que les canonst des militaires auront bien fondu.
    Je réve,le jour ,la nuit.
    Les enfants ne verseront plus de larmes,
    Que les présidents devenus sans armes,
    Feront couler l’eau, sur la planéte entiére,
    Que tous les humains mangeront à leur faim.
    Je réve, le jour , la nuit,
    Qu’ un homme, une femme se lévera,
    Qu’il hurlera, stop le monde se reveillera,
    Sans guerre, et ses charrois de morts,
    Et ses religions qui prient à travers et à tort.
    ainsi va la vie
    charles pas en p
( 11 juillet, 2017 )

Je réve, le jour, la nuit

Je réve , le jour , la nuit, des mille et une nuit,
je pense jusqu’au bout de mes longues nuits.,
j’ai vécu un temps que j’imaginais sans fin
Je révais, du tour et de Poupou son dauphin.

je réve, le jour, la nuit.
j’imagine, je me fais un film sur l’avenir,
je réve d’un monde meilleur à venir,
D’un monde ou les mots guériront les maux.

je réve, le jour, la nuit;
J’ imagine les présidents, ne parlant que de paix,
Tous unis, chantant le jour du nouveau beaujolais,
je réve d’un monde ou les armes auront disparues,
Que les canonst des militaires auront bien fondu.

Je réve,le jour ,la nuit.
Les enfants ne verseront plus de larmes,
Que les présidents devenus sans armes,
Feront couler l’eau, sur la planéte entiére,
Que tous les humains mangeront à leur faim.

Je réve, le jour , la nuit,
Qu’ un homme, une femme se lévera,
Qu’il hurlera, stop le monde se reveillera,
Sans guerre, et ses charrois de morts,
Et ses religions qui prient à travers et à tort.

ainsi va la vie
charles pas en p

( 7 juillet, 2017 )

Tourisme médical

vous avez ses soins  à effectuer:

Dentaires

Ophtalmo

Scanner

Irm

Chirurgie esthétique

Ou toute autre demande

Médecine de Djerba ou Zarzis

Soins dentaires au top, rendez vous très rapide

 

 

contactez moi sur : commentaires

( 5 juillet, 2017 )

Christian mon poto

Christian, mon pote,mon poto,

T’ es le meilleur, y a pas photo,

Pour toi, ton pays, c’est la Tunisie,

Toi  descendant de grande dynastie.

 

Né et revenu dans ton pays la Tunisie,

Tu  respires le bonheur, en frénése,

Au souk, tu deviens un personnage,

Je ronchonne, je souffle  en ton sillage. 

 

T u connais tout, un puits de science,

De certains tu as grande méfiance,

Tu es un chevalier, tu viens de Malte,

Ton ancétre, est chevalier de Malte.,

 

Si j’ai le pouvoir, je te fais chevalier

Chevalier de Malte, de Tunis, de Djerba,

je t’imagine cavalier, chamelier,

Un seigneur mon poto, 

ainsi va la vie

Charlesp

 

 

 

 

 

( 30 juin, 2017 )

village du sud

WIN_20170630_16_54_53_Pro

( 28 juin, 2017 )

Face de bouc

Facebook, j’ te remercie,

j’ai  plein, plein, d’amis,

Il en vient de partout,

E toi  tu te fais des sous.

 

Mais y a un gros problème,

J’vais  pas en faire un poème.

j’ne veux plus de tes amis,

De la Patagonie à Miami.

 

Ils viennent par milliers,

Du monde  tout entier.

y a des bons, y a des cons,

Y a méme pas la Cendrillon.

 

J’ai aussi croisé mon voisin,

suis pas son ami, tsin,tsin,

j’veux juste de vrais amis,

Une dizaine ça me suffit.

 

Pas besoin de toi, Facebook,

mes amis sont dans mon book,

et surtout chers à mon cœur,

J’ veux pas de tes frimeurs.

 

Tes amis ne sont que des loozers,

les miens n’ont pas de rancœur.

je les choisis, ils me choisissent,

Nous sommes de vrais complices,

 

J’ partirai sur le Nil en felouque,

j’embarquerai sans ta face de bouc,

pour l’instant garde moi de tes amis, 

Les miens sont de chair et de sang.

 

Ainsi va la vie

Charlesp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( 27 juin, 2017 )

J’délire

Suis allé au Mont st Michel,
y m’a dit, t’es pas fidel,
Pour moi Fidel c’est Castro,
il est de Cuba, pas de Rio.

St Michel fait moi signe,
Tu me portes trop la guigne,
paumé entre Castro et Macron,
Je bouffe trop de macarons.

J’ai peinds ton mont Michel,
Du coup j’passe pour un con,
Je vais aller à Villedieu,
Parait qu’il y a des poéles.

J’te rappelle pour la Noél?
ou à la Saint-Glinglin;

J’t'en veux pas, j’ délire !!!

( 27 juin, 2017 )

Cabanon de provence

WIN_20170528_18_47_47_Pro

( 25 juin, 2017 )

Bobos et rombiéres

Le monde j’ai parcouru,
Des bobos, j’ai trop vu,
J’ai croisé des gens bien
Des marins, des acadiens.

J’aime pas les rombiéres,
j’leur préfére la denteliére,
Aux bobos et mas-tu-vu
Bardés de leurs attributs

J’ai vu les reines du pinceau,
Ignorantes de Pissaro et Corot,
Jetez vos minables tableaux,
Reprenez vos parties de tarot.

J’ai vu les rois du pinceau,
Amoureux des Flamands
Des flamandes bien roses,
Des seigneurs, pas des manants.

Chers bobos et manants,
j’suis un con parmi les cons,
J’suis fier de ma liberté,

Ainsi va la vie
Charlesp

( 25 juin, 2017 )

Maison fleurie

CABANEFLEURS

( 24 juin, 2017 )

Sous-bois

WIN_20170207_20_58_31_Pro

( 24 juin, 2017 )

vacances en Tunisie

logement  à louer à Djerba, RDC ; WC?  Cuisine aménagée, salon, TV , coin repas

à l’étage : SDB, WC , Deux chambres, placard

balcon rez de chaussée, idéal pour petit déj, balcon àl’étage

Situé dans résidence de 10 maisons, avec gardien, jardinier,femme de ménage

paillotes pour barbecue

superbe plage à 10 minutes en taxi ( cout 1 eur)

locataires français

tel  00216 56196123

( 22 juin, 2017 )

cheval au dressage

aux crayons de couleurs

aux crayons de couleurs

( 22 juin, 2017 )

Le fossé à Cappy

WIN_20170526_12_53_00_Pro

( 5 janvier, 2017 )

La cloche de pépére

Elle tintait, tintait la cloche de pépère

Aux carrefours, elle appelait les mémères,
Ecoutant les décisions du maire
Annonçant les marchés éphémères.

Elle tintait, tintait la cloche de pépère

Délivrant les avis à la population,
Aux mémères pleines d’attention,
Aux gamins ne ratant pas l’occasion
De faire les cons.

Elle tintait, tintait la cloche de pépère.

La télé est arrivée, la cloche s’est arrêtée
Pépère est parti, internet est arrivé,
Y a pu de mémères, y a plus de misères,
Les gamins continuent de faire les cons

J’ai gardé la cloche, j’ai perdu pépère
Ainsi va la vie
Charles en p

( 5 janvier, 2017 )

Tic tac

Tic tac tic tac
J’écoute le temps qui passe,
Je pense, je vis, je m’prélasse.

Tic tac tic tac
J’imagine le temps passé,,
Je vois les pépés, les mémés
Assis prés de la cheminée.

Tic tac tic tac
Silence, ni radios, ni télés,
Juste le bruit du papier froissé,
Des flammes, sur le bois léché.

Tic tac tic tac
Pépé, mémé le dos voûté
Sur leurs bâtons, appuyés,
Au chaud prés du foyer
Écoutent le temps passer.

Ti tac tic tac
Silence, y a l’ voisin qui se pointe,
Partie de cartes et ses feintes,
Un canon, du café, la goutte
La vie au compte gouttes.

Tic tac tic tac
Pas d’internet, pas de stress,
Un temps ou rien ne presse.
Tic tac tic tac

Ainsi va la vie
Charles en p

( 1 janvier, 2017 )

Prés de mon arbre

J’ai froid loin de Djerba,
Je file loin de nos frimas,
Prés des oliviers et palmiers,
En vélo, sur la piste ensablée.

Notre arbre est immortel

Assis au pied d’un olivier,
Je revois visages familiers,
Ancêtres, devenus proches,
De Marignan à Gavroche.

Notre arbre est immortel

Ils sont tous dans notre arbre,
Leurs noms gravés dans l’marbre.
Ils sont si loin, et si proches,
Certains ont sonné les cloches.

Notre arbre est immortel

Sur notre arbre immortel,
Paysans, soldats mortels,
Le marquis, ils ont connus,
Aux chasses ou à la charrue.

Notre arbre est immortel

Ils sont partis en guerre,
Pour monsieur, les terres,
Il fallait aussi donner sa vie,
Marcher de Cappy à Pavie.

Notre arbre est immortel

Ainsi va la vie
Charlesp

12345...10
Page Suivante »
|