( 16 avril, 2015 )

La mer, Djerba….

La mer, Djerba…
J’aime cette vie, Loin ma patrie ;
C’est le matin, la mer en rougit.
Mon regard va de Djerba à Tripoli,
Calme la mer, source de vie.

Au loin, multitude de barques,
Pécheurs loin des énarques.
Je vis dans une carte postale,
La vie au ralenti, un régal.

Je pars à Djerba la douce,
Le thé à l’ombre des arbres,
Pas envie de partir en douce.

J’évite les touristes, les marchés,
Je marche, sous un soleil de plomb.
Je suis les chemins ensablés, encaissés,
Bordés d’aloès, d’oliviers, sans béton.

Chemins perdus, suivis en marchant.
Maisons centenaires, puits typiques.
Je découvre le pays, ses habitants,
Chemins, oubliés des touristes.
Je croise les habitants, souriants,
Villages, ruelles sans passants.
A l’ombre, joueurs de dominos,
Quelques vélos d’antan grinçants.

Je vais revenir, revoir la vie,
Marcher seul, rêve inassouvi.
La beauté n’est jamais loin,
Suffit de sortir de son coin.

Les plus démunis sourient,
Donnant des leçons de vie.
Ainsi va la vie
charlesp

Pas de commentaires à “ La mer, Djerba…. ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|