( 25 avril, 2015 )

le temps d’avant

Le temps d’avant…
J’suis né quelque part en Picardie,
Terre grasse qui tellement nourrit.
Ses plaines de blé doré louvoyant,
Sous le vent, richesse de tous temps.

Région de pâturages, de vaches laitières,
Vie difficile, sans loisirs, sans manières,
Levé tôt le matin, pas de répit pour le paysan,
Travail pénible, usant, du matin au couchant.

Ployant sous la charge, du sol au grenier,
Je les ai connus, vachers et palefreniers
Hommes durs, vivants au rythme des saisons,
Leur loisir, taper le carton, et boire un canon

La fête du village, jour de belles réjouissances,
Costumes, manèges et flons flons, bonne pitance.
Chacun fabrique ses tartes ; pour tous amis et voisins,
Aux bistrots c’est la fête, sur les tables coule le bon vin.

C’était la vie à la campagne, avant le progrès.
Après les guerres, toute cette vie décimée,
Même saluer le voisin devient une corvée
Chacun chez soi, toutes portes fermées.

Nos chers bistrots, eux aussi fermés,
Vie sociale disparue, villages dortoirs.
On tape le carton, belote et rebelote
Ça se passe sur la tablette.

Personne en plaine, personne à la messe
Joie ou tristesse ?
Ainsi va la vie
Charlesp

Pas de commentaires à “ le temps d’avant ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|