• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 26 avril 2015
( 26 avril, 2015 )

compter les sous

Compter les sous pour survivre,
Pleurer pour ne pas devenir ivre,
Ils sont nombreux partout sur terre
Malgré eux devenus contestataires.

Travailler pour engraisser les riches
Qui te méprisent à en devenir ivres.

La vie ce n’est pas travailler à en mourir,
La terre, terreau d’une misère à en frémir,
Ne pas compter les sous, à en devenir ivre,
Ne sont pas nombreux à savoir bien vivre.

Travailler pour engraisser les riches
Qui te méprisent à en devenir ivres.

Ils ont raison, ceux qui debout, le poing levé,
Osent appeler les oubliés de la vie à se révolter,
Travailler plus pour gagner plus, pour les uns,
C’est le slogan des nantis navigants très loin.

Travailler pour engraisser les riches
Qui te méprisent à en devenir ivres.

Compter les sous pour les vacances d’été,
Survolé par les maitres du monde en jet privé,
Le lot des travailleurs, bourrés de talents,
Qui font la richesse des nantis méprisants.

Travailler pour engraisser les riches
Qui te méprisent à en devenir ivres.

Ainsi va la vie
Charlesp

( 26 avril, 2015 )

le pacha

le pacha

( 26 avril, 2015 )

joie et tristesse

Joie et tristesse
J’aime les médias
De bons soldats,
Ils savent tout sur tout
Ils se font plein s’sous.

Ils ont tous des solutions,
De l’économie à la pollution.
Pas fous, jamais au pouvoir,
Ils nous saoulent de leur savoir.

Et moi, comme un couillon
Je regarde leurs émissions,
J’ n’y comprends plus rien,
Ça va toujours moins bien.

Audience, arme impitoyable,
Sondages armes pitoyables.
Allez circulez, je vais sur Ushaya,
J’ai aperçu des cygnes là bas,

Des canards sur le canal,
Tout ne va pas si mal.
J’ai entendu la cloche tinter,
J’ai vu l’heure sur le clocher.

J’ai vu des marcheurs heureux,
J’ai même vu le ciel bleu.
J’ai croisé le p’tit train de Cappy,
J’ai croisé mes amis devenus papis.

Je vois des gens sourire,
J’ai vu des amis courir,
J’ai admiré le ciel et les étoiles,
Et le marin hisser la grand voile.

Y a d’la misère, y a de la joie,
Y a l’Iraq, mais aussi nos villageois.
Un syrien est tué c’est triste,
Une amie est partie, j’suis triste.

C’est la course à l’audience,
Souci de la grande finance.
Pour les missiles y a des sous,
Pour l’hôpital c’est picsou.

Y a d’la tristesse, y a d’la joie,
Dans l’ cœur de nos villageois.
Nous pouvons vivre sans médias,
L’inverse est loin d’être le cas.
Aimer la vie, ses amis entre soi,
Oublier les médias sans foi.
La vie est un si petit moment.

Ainsi va la vie
Charlesp

|