( 27 avril, 2015 )

La planéte malade

Je rêve d’une planète guérie
De toutes ses tristes maladies.
Si peu de monde à son chevet
Pour elle qui a tant donné.

A la mer elle a donné naissance,
Elle a donné la vie en abondance,
Végétation luxuriante, condamnée
A la destruction, de part son humanité

Des milliards d’années à façonner
Cette nature, ce monde a créé.
Elle a vécu en parfaite harmonie
L’homme est arrivé en hégémonie.

La terre, bijou brisé par l’humanité,
Destructions, pollutions, calamités,
Rien ne sera épargné à cette merveille,
Monde animal et végétal, fin sans pareil.

La planète a tout inventé, sauf l’argent,
Argent qui lui vaut tous ces tourments.
Les Hulot, Cousteau, trop peu nombreux
Au chevet de notre bijou si merveilleux.
Sonnent le tocsin, appelant au secours
Sur les cinq continents, à plus de concours.

La planète torturée, par tant de négligence,
Saura se relever, et guérir avec indulgence.
La planète continuera de tourner
Avec la lune pour en témoigner.

Ainsi va la vie
Charles en p

Pas de commentaires à “ La planéte malade ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|