( 27 avril, 2015 )

Ni Brel, Ni Cabrel

Ni Brel, ni Cabrel
J’ne suis ni Brel, ni Cabrel,
Amateur d’art intemporel,
Plaisir de jouer avec les mots,
Embellissant la vie et ses maux.

La peinture, force de la matière
Peut sublimer un cœur de pierre,
Jouer avec couleurs et lumières,
Et découvrir la beauté de la mer.

Je rêve d’une planète d’artistes,
La vie sur terre serait moins triste.
Trop ne connaissent que la couleur
Rouge, versée par ces pourfendeurs.

Imagine un monde sans armes,
Juste du papier et des crayons,
Des sourires et jamais de larmes.
Faut pas rêver, trop de couillons
En grande ébullition.

Ainsi va la vie
charlesp

Pas de commentaires à “ Ni Brel, Ni Cabrel ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|