( 19 août, 2016 )

Mon ami Pierrot

Mon ami Pierrot

.
J’ai deux amis, Pierrot et Robinson,

Pierrot est toujours dans la lune.

Robinson ne voit rien à l’horizon,

Mes amis, heureux sans une tune.

Pierrot, seul au clair de la terre,

Robinson, seul au milieu des mers.

Pierrot, seul fait le tour de la lune,

Robinson, lui pleure son infortune.

Pierrot, lui verse une grosse larme,

Il est triste, pour ces terriens en armes.,

Sur la lune, il est seul, pas de Vendredi

Il n’est pas Robinson, qui lui s’ennuie.

Les larmes de Pierrot, gonflent les océans,

Il est tellement triste du sort des enfants,

De cette planète bleue, du bleu de ses larmes.

Il s’inquiète de voir Robinson en armes.

Pierrot restera seul, heureux sur sa lune,

Robinson, repartira pleurer son infortune.

Il fait nuit, je fais signe à mon ami Pierrot

Au clair de la terre, il veille sur notre ilot.

Ainsi va la vie

charlesp

( 16 août, 2016 )

Misére…

Il parait qui y a plus de pognon
On nous prend pour des cons.
Suffit de regarder les bouchons,
Et à Roissy décoller les avions.

Il parait qui y a de la pollution,.
Crois moi tout l’monde s’en fout,
le soleil comme seule destination,
Ou pour les moins cons, le puy .du fou

Il parait qui y a plus rien qui va,
Frégates, Rafales à tour de bras,
Vendues aux enfants de tous pays,
Devenus migrants, sauf les Massaï.

Il parait qui y aura un président,
Comme le beaujolais, un nouveau.
Y a la marine, le petit, le vieux , le gros
Y a les médias, qui sont grands savants

Il parait qui y aura du changement,
Au pays des promesses, tu crèves,
Ils nous prennent pour des couillons,
On va encore se prendre un bouillon.

Le salon du Bourget déplacé en Syrie,
Faut bien montrer rafales et bombes ,
Tant pis pour les enfants morts en Lybie.
Ainsi va la vie
Charlesp

( 5 août, 2016 )

C’est l’été…

C’est l’été, normal il pleut,
Il pleut tant et tant de larmes.
J’retourne vers le ciel bleu ,
Partout le bruit des armes.

La fête n’est pas terminée,
Il suffit de relever la tète,
D’admirer le ciel illuminé,
De milliers d’ étoiles en fête.

La terre est en perdition,
La peur partout s’installe,
Entre guerre et pollution,
Et flics en gilets pare-balles.

Mourir au nom de qui, de quoi.
Mourir sous un déluge de bombes,
Ou fuir son pays, cherchant un toit,
Pour souvent creuser nos tombes.

Ainsi va la vie
Charlesp

|