( 10 décembre, 2016 )

j’marche, j’pleure

J’marche, j’pleure !

J’marche, toujours dans la boue
Mes godasses dans la gadoue,
Il pleut sans cesse, sans espoir
Des années, a broyer du noir.

J’pleure, loin de ma pauvre mère
J’marche sur les morts, sale guerre,
Les rats, les poux, l’bruit des bombes
La nuit, le froid, drôle de monde.

J’ai pas envie de tuer le type d’en face
Il est comme moi, notre sang se glace,
La peur, toujours la peur de mourir
Pour lui, pour moi, plus de sourires.

La guerre, blesse les corps, les idées
La guerre blesse nos cœurs, sans pitié,
Je n’en peu plus, de la folie humaine
J’ veux retrouver, ma maison, ma plaine.

Là-bas dans ma plaine, il fait beau
C’est la moisson, le blé en cadeau,
J’pleure, ici j’creuse mon tombeau
Mes larmes coulent de mes yeux bleus.

J’veux juste revoir, ma pauvre mère !
Ainsi va la vie
Charles en p

Pas de commentaires à “ j’marche, j’pleure ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|