• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 15 août 2017
( 15 août, 2017 )

Je réve le jour,la nuit

Je réve , le jour , la nuit, des mille et une nuit,
je pense jusqu’au bout de mes longues nuits.,
j’ai vécu un temps que j’imaginais sans fin
Je révais, du tour et de Poupou son dauphin.


je réve, le jour, la nuit.
j’imagine, je me fais un film sur l’avenir,
je réve d’un monde meilleur à venir,
D’un monde ou les mots guériront les maux.


je réve, le jour, la nuit;
J’ imagine les présidents, ne parlant que de paix,
Tous unis, chantant le jour du nouveau beaujolais,
je réve d’un monde ou les armes auront disparues,
Que les canonst des militaires auront bien fondu.


Je réve,le jour ,la nuit.
Les enfants ne verseront plus de larmes,
Que les présidents devenus sans armes,
Feront couler l’eau, sur la planéte entiére,
Que tous les humains mangeront à leur faim.


Je réve, le jour , la nuit,
Qu’ un homme, une femme se lévera,
Qu’il hurlera, stop le monde se reveillera,
Sans guerre, et ses charrois de morts,
Et ses religions qui prient à travers et à tort.

LEVER SOLEIL ET PECHEURS
ainsi va la vie
charles pas en p

( 15 août, 2017 )

J’marche,j’pleure

J’marche, j’pleure !

J’marche, toujours dans la boue
Mes godasses dans la gadoue,
Il pleut sans cesse, sans espoir
Des années, a broyer du noir.

J’pleure, loin de ma pauvre mère
J’marche sur les morts, sale guerre,
Les rats, les poux, l’bruit des bombes
La nuit, le froid, drôle de monde.

J’ai pas envie de tuer le type d’en face
Il est comme moi, notre sang se glace,
La peur, toujours la peur de mourir
Pour lui, pour moi, plus de sourires.

La guerre, blesse les corps, les idées
La guerre blesse nos cœurs, sans pitié,
Je n’en peu plus, de la folie humaine
J’ veux retrouver, ma maison, ma plaine.

Là-bas dans ma plaine, il fait beau
C’est la moisson, le blé en cadeau,
J’pleure, ici j’creuse mon tombeau
Mes larmes coulent de mes yeux bleus.

J’veux juste revoir, ma pauvre mère !
Ainsi va la vie
Charles en p 60798_612700862107874_1532376546_nportait a faire

( 15 août, 2017 )

Les migrants

L’monde est d’venu fou
C’est pas nouveau,
On tue pour des sous
C’est le chaos.

On massacre des enfants
De Gaza à tripoli,
Immondes assaillants
Tuent par folie.

Pas de répit, j’vous l’dit
Pétrole et religions,
Ils en font leurs lits
Ça ne sent pas bon.

Humanité en déchéance
Qui pense progrès,
Ou il n’y a que finances
Par les banquiers dirigés.

Ils massacrent, assassinent
C’est le moyen-âge,
La mort les fascine
Indignez-vous, il y a carnage.

Comme Martin Luther King
Faites un rêve,
Nos présidents en smoking
Ne pensent que trêves.

Indignez-vous, c’est la crise !
Pas d’leur faute
Ils vous disent, la mine grise !
Et la tète haute.

Des milliers de morts,
Présidents en vacances,
De fatigue, ils sont morts.
Pas d’leur faute !

Ainsi va la vie
Charles en p
60798_612700862107874_1532376546_nportait a faire

|