• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 29 août 2017
( 29 août, 2017 )

L’automne en Picardie

IMGP1279

( 29 août, 2017 )

J’écris pour mon plaisir

J’écris pour mon plaisir
Sur la vie, le temps, les souvenirs,
J’aime les brèves de comptoirs
Les mots qui soignent les maux,
Les poètes amoureux des mots.

J’écris pour mon plaisir.
J’aime les conteurs, évocateurs
Les poètes donnent du bonheur,
La poésie est partout, images
Mots, paroles et personnages.

J’écris pour mon plaisir.
Ni poète ni artiste asservi
J’écris simplement la vie,
Nul besoin de reconnaissance
De la poésie, je suis en ignorance.

J’écris pour mon plaisir
Décrivant ma vie, mon aventure,
Celle-ci, passant de peinture
A l’écriture, de la ville au désert.

J’écris pour mon plaisir
Ainsi va la vie
Charles en p IMGP1279

( 29 août, 2017 )

J’entends le silence

Je parcours la ville, en grisaille
Passants tristes et sans gouaille,
Tout est droit, pas de marmaille.

Il pleut sur la ville et ses briques
Le désert m’attend, mirifique,
Je traverse les champs d’oliviers,
Le désert est là, oasis et greniers.

Plat pays dont je deviens comparse,
Au loin maisons blanches éparses,
J’entends le silence du désert brulant.

Berbères sur le sol assis et nonchalants
M’offrant leur sourire, le thé et le pain,
Loin de ma ville de briques, au lointain.

Sous la tente berbère, la nuit sera bonne
Je suis un bédouin, je pars pour Babylone.
Au bout du monde, sublime coucher de soleil
Ebahi je suis, par tant et tant de merveilles.

Je peux dormir, la tète dans les étoiles
Avec pour abri, rien qu’une tente de toile,
La beauté des paysages me laisse pantois
Pays si beau, si grand, j’en suis le roi.

Ainsi va la vie
Charles en p 21317

( 29 août, 2017 )

Les flots bleus

 

Les flots bleus de ses yeux
Plongent dans l’océan bleu,
Telle une sirène, jaillissante
De cette mer éblouissante.

La nuit, loin des youyous
Qu’il est doux, le clapotis
Des vagues, douce nuit,
Place aux rêves fous.

Les flots à nouveau,
Livrent le bleu de l’eau,
Pécheurs au boulot
Sur la mer et ses rouleaux.

Je l’aperçois là-bas la sirène
Sortant des flots, la reine,
De cette mer, embellissant
La vie de l’homme vieillissant.

Ainsi va la vie
Charles en p

ashfrat

ashfrat

 

( 29 août, 2017 )

Le soleil brille, j’mfais pas de bile

Il fait beau, il fait chaud
Le soleil brille, EAU
Y a pas d’escargots
Je m’fait pas de bile.

J’adore les poètes
Faut un dico,
Sinon mal à la tète
Compliqués leurs mots.

J’adore les artistes
Peintres ou écrivains,
Les joyeux, les tristes
Pas les contemporains.

Les rois de l’abstrait
Des mots tarabiscotés,
Ils en ont sous l’béret
Réservés aux initiés.

Une toile bleue de Klein
Mon cerveau pige pas
De même pour les mots.
Renaud, beau, vrai, Païen.
Ma p’tite tète comprend.

Les poètes contemporains
Et mots d’un autre temps
Ma p’tite tète, pige rien.,

C’est pas non plus la Pléiade
J’préfère Renaud
Et son Grand corps malade
De pastis et de maux.

P’téte, simplement
Que j’suis pas au niveau,
Mais suis content
Compliqué, mais content.

Et pis les intellos je vous ……

Ainsi va la vie
Charles très content
J’ai oublié mon p !!!

|