( 5 novembre, 2017 )

Elle avait vingt ans

Comment croire en toi, si puissant,

Tu donnerais la vie,

Ne peut pas à toi être asservi.

Gamin, j’ai failli croire en ta puissance,

Très vite, j’ai douté.

Combien de morts en croyance!

Très vite devenu athée,

La vie cruelle, toute seule, reprends,

La joie de tes vingt ans.

Pas besoin de dieu si impuissant,

Pour revoir un enfant.

Dans nos cœurs, souvenirs à jamais,

Gravés par tes souvenirs.

Ce serait bien qu’il existe, j’aimerais!

Il nous prive de tes rires.

La vie, normale,banale, en charge

De nos joies et tristesses.

A nous de ne pas oublier, en marge,

De notre chemin,Princesse.

Impossible de dire à bientôt, suis athée,

Ton sourire nous affole.

Un signe de la main, un au revoir, choyé,

Putain de bagnole.

Nous vivants,jamais ne t’oublieront !

Ainsi va la vie

Charles pas en p

Pas de commentaires à “ Elle avait vingt ans ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|