• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 27 avril 2018
( 27 avril, 2018 )

Notre histoire

Je n’suis pas un fan du goupillon
Je préfère jouer les trublions
Je vis dans un pays, un état laïque
Élevé, bercé, en monde catholique

N’en déplaise aux pères vertueux
Non croyant, je suis respectueux
Je respecte usages et traditions
Témoin de tant de communions

Oui il faut entretenir nos églises
Soignées par manants et marquises
c’est un devoir de sauvegarde
Je déchire ce voile d’arrière-garde

Des siècles de vies et d’histoires
Nous obligent à un devoir de mémoire
Je ne suis pas fan du goupillon
Mais j’aime notre civilisation

Je me souviens de Pépére, de l’abbé
De Louise Marais d’arc,
j’ai ri, pleuré, en notre église
j’ai révé de Venise, Pise et de notre église

Ainsi va la vie
CHP

( 27 avril, 2018 )

Cheveux au vent

cheveux au vent

Elle est apparue, cheveux au vent,
Suis devenu son chevalier servant.
De tous ses rêves elle m’a enivré,
Et de sa flèche, m’a transpercé.

Elle sourit pour cacher ses larmes,
Des larmes vaincues sans armes.
Son sourire promoteur de sa force,
Cache ses secrets, derrière l’écorce.

Elle a quitté le vent, la pluie, son pays,
Devenue reine du désert,  loin de Neuilly,
Le désert, tant aimé, lui ouvre ses bras,
en son royaume, fabuleux Sahara.

Ainsi va la vie
Charlesp

( 27 avril, 2018 )

Notre clocher

J’ aperçois notre clocher,
J’entends les cloches sonner,
Il ne sonne plus les matines,
Ses pierres ont pris la platine.

Il nous a protégés, nous a unis,
Il nous a réunis,nous ses amis,
Tant et tant de visages connus,
Tant et tant de visages disparus.

J’aperçois notre clocher,
Des larmes, il en a vu couler,
Jeune au temps de Marignan,
Abritant seigneurs et manants.

Il a connu la foule du dimanche,
Avec le temps et sans revanche,
Il s’ennuie, il rencontre tristesse ,
Le dimanche, il n’y a plus messe.

Ainsi va la vie
CHP,

 

 

|