( 16 novembre, 2019 )

j’dis ça , j’dis rien

clocher-002Je traverse le village, il est 11 heures, c »est le clocher qui le dit!   Pendant la première guerre ,(celle de 14! ) j’ai un doute, sur première guerre , car , des guerres il y en a toujours eu, voir la guerre de cent ans!!!

je pense que les premiers hommes devaient déjà se battre, les animaux tuent pour la nourriture, et garder leur territoire, qui correspond à leur besoins,pas plus.

l’homme tue, ou pour les religions ou pour l’argent! les chefs décident et le plus grand  nombre doit obéir, subir la misère. Dans les pays sous-développés, (encore un mot-bizarre!),les responsables sont riches et bien gras, et le peuple  meurt de faim, de maladies.

Chez nous ( en France) les élections approchent et le temps des promesses arrive, c’est a qui sera le chef. Est ce pour le pouvoir ou pour aider ses concitoyens à a vivre mieux ou autrement.

Alors les sortants seront forcément mauvais, les autres promettront la lune. Et la va commencer le festival des noms d’oiseaux, tout est bon pour celui ou celle qui se veut calife, a la place du calife, c’est comme ça en démocratie. du petit village à la capitale.

Est – il si compliqué de débattre, projet contre projet, est ce que pour manifester il faille casser les vitrines, compliquée l’espèce humaine!! On dit « animaux sauvages »  .Nombre d’ espèces sont en voie de disparition, ‘la faute a qui? Qui est sauvage?

Je reviens sur la guerre de 14 ,du clocher et de son horloge, est il normal que des soldats envoient des obus sur le clocher, pour atteindre le centre de l’horloge. une fois la cible touchée en son centre, arrêt des tirs!! quelle connerie!!

Ce clocher a 500 ans , et il a du en !protéger des Capitoises et des Capitois ! c’est un clocher donjon, avec ses meurtrières,le refuge des habitants, àl’école on apprend 1515 Marignan et 50 ans après , naissance de notre clocher,il aurai pu croiser Léonard de Vinci!!

 

y a le clocher, y a l’église et pis y a nous, nos familles
Dommage que faute de moyens, il ne soit pas nettoyé, il a été nettoyé vers 1920 sans Karcher. Pour faire la guerre, pas de problèmes d’argent, ainsi va la vie§
Notre clocher, ben oui c’est notre clocher, propre ce serait un bijou , (maintenant avec les applis c’est faisable !!)
Notre, car nombre d’entre nous y avons été baptisés, on a communié, certains s’y sont mariés. A la communion, un stylo a encre, la première montre Sans oublier le passage devant Fernand, maire emblématique de Cappy
Oh la la, j’oubliais un passage obligé, le catéchisme.
La aussi, que d’histoires, de souvenirs, Sœur Louise Marais d’Arc, sa voiture sur la place, calée par une brique, une Peugeot 201 (pas sur) ,y avait un marche pied, des rideaux, souvenirs, souvenirs….
Et puis il y avait le curé, le premier c’était l’abbé Bigorne, il était neveu du doyen de Bray.
Il a été muté à Croix-Moligneaux, nous sommes allés à sa messe, en bus.
l’abbé (Dé) lui il avait une 2 chv , elle avait un coffre, aujourd’hui elle aurait sa place au vintage. Avec mon copain on était enfants de chœur et pas de cœur ! au début, tenue rouge et blanc, et avec la sonnette, assis, debout, les mains jointes et nous, des fou-rires, a en oublier de sonner. Après le rouge et blanc , on est passé à l’aube blanche .
Cela est la partie vécue entre 10 et 12ans voila, voila !
Tout ça c’est bien beau, il y a tellement a dire de Cappy, il y a l’histoire ancienne, Et la comptemporaine,A la prochaine page !

2 Commentaires à “ j’dis ça , j’dis rien ” »

  1. Nobécourt dit :

    Seul le bénévolat permet un engagement sincère de toutes les compétences: Cappy le mérite bien.

    • alaviebelle dit :

      Nos anciens ont connu les prussiens, les allemands en 14, et en 40 encore les allemands, après tout ça, il y avait une solidarité, la kermesse, repas des anciens combattants etc..
      dans les assos,figurent des habitants qui ne partagent pas les mémes idées et ça se passe bien, maintenant, l’objectif serait de rassembler le plus de monde possible, mais je pense que l’envie de pouvoir déchire les relations, et c’est partout, du village à la capitale

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|