( 15 octobre, 2018 )

La galerie

WIN_20181015_12_19_42_Pro

( 10 octobre, 2018 )

la galerie

WIN_20180925_12_13_14_ProWIN_20181002_10_59_21_ProWIN_20180823_15_49_37_ProWIN_20180917_09_33_34_Pro-001

( 9 octobre, 2018 )

La terre tourne, tourne…

Tourne, tourne la terre
Tourne, tourne la lune
Le soleil seigneur planétaire
L’univers maison commune

Tourne, tourne la tète
L’univers est en fête
La mer monte, monte
La terre, elle, décompte

Lune et soleil pleurant
La terre et ses habitants
La lune, astre bienveillant
Heureuse sans nos enfants

Ainsi va la vie
charlesp WIN_20180818_13_01_24_Pro-001

( 7 octobre, 2018 )

je regarde, j’écoute

Je regarde et j’écoute !
Je marche comme tous les jours, le long de la mer, j’écoute le bruit des vagues Venant mourir sur la plage.
Je croise les touristes d’hiver, ça ne me rassure pas pour les années qui arrivent à grands pas, contrairement aux touristes âgés qui eux vont à petits pas.
C’est l’hiver en Tunisie, la vie au ralenti, plages désertes, ça fait du bien, l’impression que la plage nous appartient.
Je croise des cavaliers, au trot en bord de mer, peinards, profitants de cette liberté qui donne envie.
Plus loin j’aperçois les pécheurs nettoyants leurs filets, beaucoup de boulot pour un maigre salaire.
Leurs conditions de travail sont épuisantes, de l’eau de mer fraiche et salée, jusqu’à la taille, deux mondes si différents qui se croisent, tristesse.
Période de transition, dans trois semaines les avions, les bus vont vomir leurs flots de touristes venant de tous pays.
Français râleurs, Allemands contents, aidés par de bonnes pintes de bière, suivi d’une bonne séance de bronzage.
Quand je passe au restaurant de l’hôtel, je remarque les Français et leurs assiettes bien remplies, et je t’en reprends, c’est tout compris, alors on se goinfre.
Allemands et belges se précipitent sur les futs de vin et bière, monde étrange ces hôtels, on y croise la planète, des russes et des chinois.
Le tourisme intérieur, la vie des gens du pays, ils s’en fichent comme de leur première chemise, l’important c’est d’être plus bronzé que le voisin, de se balader au marché comme une visite au zoo.
Une petite partie se donne la peine de visiter Tataouine, Matmata et les sites de Star Wars. Il faut les comprendre ! Une journée de visite c’est du bronzage en moins.
Moi je continue mon chemin sur la plage, je travers le zoo hôtel, je ne suis pas très bronzé, je préfère les petits cafés, les discussions entre européens et locaux, je dis européen car nous sommes Suisses, Allemands, Belges, Français.
En ville, j’aime ce brouhaha, les klaxons, le policier au rond point, qui à coup de sifflet, essaie de réguler la circulation alors que tout le monde s’en fout, voitures et piétons, un ballet sans fin, toujours dans la bonne humeur.
Moi j’aime cette vie, sans feux tricolores, sans PV, ou tout le monde dit bonjour à tout le monde, petits salaires et gros cœurs.
J’aime les routes qui ne sont pas droites, j’aime les pétrolettes, les vélos et brouettes qui couinent.
La vie peut être simple pour qui veut bien écouter et regarder !
Ainsi va la vie
Charles en p 
WIN_20180814_10_49_37_Pro-001

( 4 octobre, 2018 )

la galerie

WIN_20181002_10_59_21_ProWIN_20180925_12_13_14_ProWIN_20180917_09_33_34_Pro-001WIN_20180823_15_49_37_ProWIN_20180825_12_17_27_Pro-001WIN_20180909_08_46_19_Pro

( 25 septembre, 2018 )

les berbéres

WIN_20180925_12_13_14_Pro

( 20 septembre, 2018 )

galerie tableaux

WIN_20180909_08_46_19_Pro

( 20 septembre, 2018 )

galerie de tableaux

WIN_20171130_15_12_45_ProWIN_20180916_18_22_17_ProsouWIN_20170123_17_34_58_ProWIN_20170114_14_34_41_ProWIN_20170123_19_36_33_ProWIN_20171102_11_42_25_Pro14390970_1786717204943384_8339712076810627978_nle-pacha-225x300WIN_20170630_16_54_53_ProWIN_20170528_18_47_47_ProCABANEFLEURSWIN_20170207_20_58_31_ProlesWIN_20161118_11_43_04_Pro-00114479628_1791103904504714_4960917054231595521_nWIN_20161123_16_59_35_Pro-002i282319414608838691._szt5_i282319414608838637._szt5_IMGP2778IMGP3079003

aux crayons de couleurs

aux crayons de couleurs

DSCF4618IMGP2642IMGP0604IMGP1622IMGP1621IMGP2218IMGP2228IMGP1357IMGP2232

( 16 septembre, 2018 )

En Somme

WIN_20180916_18_22_17_Pro

( 16 septembre, 2018 )

Ah! les vieux

les vieux c’est comme les buffles, ils se rassemblent partout ou le soleil brille, ils s’endorment , pas sur leurs lauriers, sur leur transat, prenant soin de laisser leur serviette, au cas ou un con comme moi, irait leur piquer à 5H00 du mat
il y a des groupes qui eux préférent picoler et jouer au rami,
il y a ceux , qui ébahis devant un tableau à cinq balles, un dromadaire ou un touareg, crient au génie!!!
les éléphants aussi se déplacent , se rassemblent en troupeaux
il y a aussi les vieux qui manifestent pour défendre leur retraite, les vieux qui visitent les musés , la campagne
il a les bons vieux, qui ne veulent pas vieiiir cons, tout simplement
quand on est con jeune, on devient vieux con
a lire au premier degré, sinon ça serait vraiment con
( 14 septembre, 2018 )

Moi et les vieux

Je suis sur la plage, je cherche des vieux

je les aperçois, blancs de cheveux

Je suis sur la plage, je suis le plus vieux

Les vieux ça compte le temps qui reste

Je les aperçois cherchant la jeunesse

Je suis sur la plage, enviant les gamins

Je les aperçois, courants , riants

Nous les vieux, on ne court plus

Les vieux , ça ne court plus, ça marche

le vélo m’a choisi, je l’en remercie

Je suis sur la plage, je regarde le monde

La vie m’emmerde, j’emmerde le monde

J’ai eu de la chance, une vie sans pointeuses

Je n’aime plus la plage, et tout ses vieuxL

les rombiéres, qui s’prennet pour Bardot

Bardot jeune ou Bardot agée, allez savoir

Les rombières, ça ne dit pas même bonjour

Elles attendent leur tour, le dernier jour

Le dernier jour de vacances bien entendu

Je suis sur la plage, j’n'envie pas les vieux

Aigris, d’avoir toujours dit oui chef

Je retourne à mes toiles et pinceaux

Je ne suis ni Renoir, ni Pissaro, ni Corot

Je suis moi et c’est bien ainsi

Et pis » les rombiéres » j’ai un trésor:

Une femme, des enfants , des petits-enfants

Pour le reste, j’m'en fous

Mamie veille sur la tribu et moi et moi….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

je deviens vieux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

je suis sur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( 26 août, 2018 )

Le routard

Le routard

Tu veux vivre peinard,
Devenir un vieux routard,
Mettre les voiles pour Panama,
Les Marquises ou Nouméa.

Aux états unis, route Soixante six
TU salueras les indiens démunis,
Tu cherch’ras les derniers bisons
Buffalo Bill et le grand Canyon.

Les marquises, si belles, si loin
Dernier voyage de Brel et Gauguin.
Ils dorment la- bas pour l’éternité
Face à la mer, en toute sérénité.

Y a Cappy, c’est pas loin et c’est beau
Y a pas de bisons, y a pas de blaireaux,
Y a l’clocher, c’est toute une histoire
Y avait Fernand, y avait l’ père Moutoir.

Tu peux même voyager dans ton jardin
Tu peux parler avec les gens du patelin,
Sans bouger tu vas découvrir le monde,
Dans les livres ou sur la mappemonde.

Tu t’ feras des amis, de Cappy à Beyrouth,
Va ou tu peux, ouvre les yeux, trace ta route
Avec tes potes, tes voisins, tes vrais copains.
Ne perds pas ton temps pour un bout de terrain
La vie est ton jardin.

Ainsi va la vie.
Charles en p

( 14 août, 2018 )

L’monde est barj


Le monde est barj, casse toi
Y a pu d’place, y a q’des nazes.
L’voisin flingue son cousin
C’est l’grand bazar.

J’croise un pote au bar
Y m’dit, j’pars sauver
L’monde en Syrie,
j’lui dis
Casse toi en Patagonie.

Putain d’planète
Tous d’venus barjs.
J’dis à mon pote
Au bar on va s’éclater,
Laisse tomber;tous des nazes.

J’lui dis oublie les syriens
On va faire l’plein,
T’iras pas au turbin.
Tous des nazes.

Y veulent claquer au djihad
Nous on va picoler
Au bar du pmu,
Loin des barbus
Laisse tomber, tous des nazes.

( 13 août, 2018 )

Tranquillement….

( 11 août, 2018 )

De Paris à Djerba

J’ai vu le tour de France,,,
De vélo, j’ai fait bombance,
J’me suis rendu en Parisis,
Laissant au loin ma Picardie.

J’suis allé flâné chez Ikea,
Très loin de Douz et Matmata,
J’ai d’mandé une tente Berbère.,
On m’ dit pourquoi pas un dromadaire !

Vers le phare de Djerba, je repartira,
La bonne route il m’ ‘indiquera.
Ainsi va la vie
Entre Paris et Djerba
charlespWIN_20170526_12_53_00_Pro

( 30 avril, 2018 )

AUTOMNE

sou

( 29 avril, 2018 )

Le monde est beau

_Douz_241_douz1_1gogou_oasis

( 27 avril, 2018 )

Notre histoire

Je n’suis pas un fan du goupillon
Je préfère jouer les trublions
Je vis dans un pays, un état laïque
Élevé, bercé, en monde catholique

N’en déplaise aux pères vertueux
Non croyant, je suis respectueux
Je respecte usages et traditions
Témoin de tant de communions

Oui il faut entretenir nos églises
Soignées par manants et marquises
c’est un devoir de sauvegarde
Je déchire ce voile d’arrière-garde

Des siècles de vies et d’histoires
Nous obligent à un devoir de mémoire
Je ne suis pas fan du goupillon
Mais j’aime notre civilisation

Je me souviens de Pépére, de l’abbé
De Louise Marais d’arc,
j’ai ri, pleuré, en notre église
j’ai révé de Venise, Pise et de notre église

Ainsi va la vie
CHP

( 27 avril, 2018 )

Cheveux au vent

cheveux au vent

Elle est apparue, cheveux au vent,
Suis devenu son chevalier servant.
De tous ses rêves elle m’a enivré,
Et de sa flèche, m’a transpercé.

Elle sourit pour cacher ses larmes,
Des larmes vaincues sans armes.
Son sourire promoteur de sa force,
Cache ses secrets, derrière l’écorce.

Elle a quitté le vent, la pluie, son pays,
Devenue reine du désert,  loin de Neuilly,
Le désert, tant aimé, lui ouvre ses bras,
en son royaume, fabuleux Sahara.

Ainsi va la vie
Charlesp

( 27 avril, 2018 )

Notre clocher

J’ aperçois notre clocher,
J’entends les cloches sonner,
Il ne sonne plus les matines,
Ses pierres ont pris la platine.

Il nous a protégés, nous a unis,
Il nous a réunis,nous ses amis,
Tant et tant de visages connus,
Tant et tant de visages disparus.

J’aperçois notre clocher,
Des larmes, il en a vu couler,
Jeune au temps de Marignan,
Abritant seigneurs et manants.

Il a connu la foule du dimanche,
Avec le temps et sans revanche,
Il s’ennuie, il rencontre tristesse ,
Le dimanche, il n’y a plus messe.

Ainsi va la vie
CHP,

 

 

( 21 avril, 2018 )

Le sud tunisien

2221775-sahara

( 21 avril, 2018 )

LE SUD TUNISIEN

41_douz1_1gogou

( 18 mars, 2018 )

La vie s’écoule, pas à ma guise

La vie s’écoule, pas à ma guise,

Elle a commencé prés de l’église,

Y avait pépère, il était cantonnier,

Sur la route, pas celle de Louviers.

 

C’était après la deuxième guerre,

Et celle qui devait être la dernière.

La vie s’écoule, pas à ma guise,

J’me souviens pas de la  marquise.

 

J’ai connu  la sœur Marie-Louise d’Arc,

Au caté le jeudi, la faute à Jeanne d’Arc.

La vie s’écoule, pas à ma guise,

Y avait Julien et ma tante Louise.

 

J’connais un peu notre histoire,

Je l »ai traversé sur ma pétoire.,

J’ai croisé mon vélo, un Peugeot,

Moi et lui , très loin des aristos.

 

La vie s’écoule , pas à ma guise,

Ainsi va la vie.

Charles p

 

 

 

( 8 février, 2018 )

le sud tunisien avec momo

des seigneurs

( 8 février, 2018 )

le sud tunisien avec momo

caravanne maroc

( 8 février, 2018 )

le sud tunisien avec momo

_Douz_2

( 8 février, 2018 )

le sud tunisien avec momo

_oasis

( 8 février, 2018 )

le sud tunisien avec momo

41_douz1_1gogou

( 8 février, 2018 )

le sud tunisien avec momo

688__dsc6956_1

( 6 février, 2018 )

Jebréve le jour, je réve la nuit

Je réve , le jour , la nuit, des mille et une nuit,
je pense jusqu’au bout de mes longues nuits.,
j’ai vécu un temps que j’imaginais sans fin
Je révais, du tour et de Poupou son dauphin.
je réve, le jour, la nuit.
j’imagine, je me fais un film sur l’avenir,
je réve d’un monde meilleur à venir,
D’un monde ou les mots guériront les maux.
je réve, le jour, la nuit;
J’ imagine les présidents, ne parlant que de paix,
Tous unis, chantant le jour du nouveau beaujolais,
je réve d’un monde ou les armes auront disparues,
Que les canonst des militaires auront bien fondu.
Je réve,le jour ,la nuit.
Les enfants ne verseront plus de larmes,
Que les présidents devenus sans armes,
Feront couler l’eau, sur la planéte entiére,
Que tous les humains mangeront à leur faim.
Je réve, le jour , la nuit,
Qu’ un homme, une femme se lévera,
Qu’il hurlera, stop le monde se reveillera,
Sans guerre, et ses charrois de morts,
Et ses religions qui prient à travers et à tort.
ainsi va la vie
charles pas en p

( 5 février, 2018 )

C’est con

On est tous le con d un autre
.faut en être conscient.
En fait la planète est peuplée de cons.

Moi le premier mais je le sais
et je n’ ais pas envie de changer.et devenir plus con.
Heureusement il y a ceux qui l’ ignorent et ca c est vraiment con

Comme dit l autre, faut pas peter plus haut qu on a le cul. Un peu d humour noir ca fait du bien.

Je ne broie pas du noir. C l humour qui est noir.

Alors faites l’humour et pas la guerre, il y a le gros con de Coreen qui s’en occupe.
Moi je ne comprends pas qu’un abruti pareil, puisse jouer avec une bombe atomique,
Et n’arrive pas a se payer un coiffeur;

Amen
Charlesp

( 5 février, 2018 )

Liberté et misére

Je traverse le lagon, j’me crois seul au monde,
Je suis là assis, le cul sur la mappemonde.
Silence absolu, seul sur le sable j’écoute le silence,
J’ai envie de gueuler, de hurler, de briser ce silence.

Il faut garder raison dans ce monde ou le silence est d’or,
Sur ce lagon, je vis, je respire la liberté, loin des miradors.
Interdit de se lamenter, de se plaindre, en grande liberté,
Regardez , le cul sur votre canapé, ces enfants éplorés;

Ces femmes, enfants victimes de la folie, de la barbarie.
A la télé ça fait cinq minutes, pour eux toute la vie,
Pernaud, larme à l’œil nous raconte la rentrée des classes,
Oubliant, ceux qui meurent avec nos armes, pauvres bidasses.

Je ne suis pas seul au monde, j’ai le devoir de hurler, de gueuler.
Charlesp

( 27 décembre, 2017 )

Vers Toujene et Matmata

Sur mon vélo, je pars à Matmata.

La route monte jusque tout là-bas,

Paysage  sublime, je suis sur la lune,

Pas besoin de fusées, ni de tunes.

 

J’arrive à Toujene, je m’y repose,

Village oublié, paysage grandiose.

Je suis là,  sur une autre planète,

Le  village, le calme en tète à tète.

 

Le silence en devient assourdissant,

Pas de voitures, pas même de passants.

La vie s’écoule à l’ombre du temps,

Sous un soleil éclatant, ignoré du vent.

 

Les habitants assis sous leurs chapeaux,

Buvant le thé, claquant leurs dominos.

Le village, posé là depuis tant de temps ,

Se repose sous le soleil levant ou couchant.

 

Ainsi va la vie à Toujene et Matmata

Charlesp

60798_612700862107874_1532376546_nportait a faire

( 23 décembre, 2017 )

J’aime pas la vie de maintenant

J’aime pas la vie de maintenant,
Pas plus que celle d’avant,
Is sont rois ou présidents,
Guerriers depuis tant de temps.

Des milliards pour la guerre,
Et rien pour la planète terre.
Du pognon pour le nucléaire,
Et que dalle pour le solaire.

Les hommes crèvent de faim,
Y a pu d’sous pour le pain,
Tous les jours c’est la guerre ;
Par milliers ils meurent en mer.

Un enfant est né en Angleterre,
L’info a fait le tour de la terre,
C’est comme ça au pays de Thatcher,
Tant pis pour les traine- misère.

La reine rose bonbon en carrosse,
D’autres en haillons, pauvres gosses
Chacun sa destinée, triste humanité.

Cent coups de canons pour la reine,
Une pluie de bombes et tant de peine,
Pour la planète devenue si inhumaine.

Ainsi va la vie
Charlesp 

( 20 décembre, 2017 )

Il y a cent ans

Il y a cent ans, y avait pas d’avion,
Les oiseaux eux volaient.
Pas d’auto, pas d’camions,
Les chevaux nous tractaient.

Il y a cent ans, y avait pas de portables,
Pas de télévision, pas de football.
Il y avait encore de belles lettres,
On respectait l’instit, notre maitre

Il y a cent ans, y avait pas de stylos,
Il y avait plumes et encriers,
Pas d’ordinateur, pas de radios
Il y avait les nouvelles sur papier.

Il y a cent ans, y avait pas de skis,
La neige tombait pour noël.
Le soir, c’était belote entre voisins,
Au bal les filles se faisaient belles.

La vie en toute simplicité
Ainsi va la vie
Charlesp 

( 20 décembre, 2017 )

Pèle-mêle

WIN_20170123_19_36_33_ProWIN_20170207_20_58_31_ProWIN_20161118_11_43_04_Pro-001HUILE2011i282319414608838691._szt5_IMGP3079IMGP2053IMGP2642IMGP2218IMGP2228IMGP2232IMGP2151IMGP2032IMGP2222IMGP2249IMGP0377IMGP1003IMGP2179IMGP2144IMGP0668IMGP2226IMGP2082IMGP2131

( 11 décembre, 2017 )

Je réve, le jour,la nuit

Je réve , le jour , la nuit, des mille et une nuit,
je pense jusqu’au bout de mes longues nuits.,
j’ai vécu un temps que j’imaginais sans fin
Je révais, du tour et de Poupou son dauphin.

je réve, le jour, la nuit.
j’ je me fais un film sur l’avenir,
je réve d’un monde meilleur à venir,
D’un monde ou les mots guériront les maux.

je réve, le jour, la nuit;
J’ imagine les présidents, parlants de paix,
Tous unis, chantant le jour du nouveau beaujolais,
je réve d’un monde ou les armes auront disparues,
Que les canonst des militaires auront bien fondu.

Je réve,le jour ,la nuit.
Que les enfants ne verseront plus de larmes,
Que les présidents devenus sans armes,
Feront couler l’eau, sur la planéte entiére,
Que tous les humains mangeront à leur faim.

Je réve, le jour , la nuit,
Qu’ un homme, une femme se lévera,
Qu’il hurlera, stop! le monde se réveillera,
Sans guerre, et ses charrois de morts,
Et ses religions qui prient à travers et à tort.

ainsi va la vie
charles pas en p

( 8 décembre, 2017 )

le pont

WIN_20170114_14_34_41_Pro

( 7 décembre, 2017 )

Au bord de l’eau

1129-Peinture_Etang_Bonde-30x20

( 7 décembre, 2017 )

Tronc d’olivier de Djerba

WIN_20171102_11_42_25_Pro

( 3 décembre, 2017 )

J’aime pas la guerre

 

J’avais vingt ans  et pas croyant,

Bidasse, pour rien, pour un ann

Un an pourquoi, un an pour rien,

Vélo, dessin, avec mon pote Adrien.

.

J’ai pas fait la guerre et j’suis content,

J’vous aimais  pas adjudants et sergents,,

Vos médailles n’mont jamais fait réver,

Vous êtes payés pour nous protéger.

 

J’ai jamais aimé vos tas de médailles,

Preuves de vos exploits, vos batailles,,

C’est toujours les mêmes qui s’ font baiser,

Et toujours les mêmes qui vont défiler.

 

J’aimais pas te saluer mon commandant,

J’aimais pas l’curé, non plus fils d’Eve et Adam,

La guerre est votre fond se commerce,

Maître des guerres qui fauchent la jeunesse.

 

Vous serez décorés ou nommés à l’évêché,.

Au nom des bidasses tués ou confessés

Amen

Charlesp

 

 

 

( 23 novembre, 2017 )

Jean-Bernard de Cappy

j’ai croisé Jean-Bernard,

Rusé comme un renard.,

Un type bien qui vis sa vie,

Il est libre en sa Picardie.

 

Il est né, il vit à Cappy,

Il se fout pas mal de Neuilly.

le pays du petit  Sarkozy,

Mais il aime bien Chantilly.

 

Il marche, bonnet et mégot,,

De loin , on l’reconnait.

Il connait les vieux, les bistrots

Son village, c’est sur, ,il le connait.

 

Il fait ses courses au jardin,

Se fout du lendemain,

Il aime s’enfiler un canon,

Il a raison, il aime pas les cons.

 

Il est né prés du clocher,

Jamais il a voulu l’quitter,

Bonnet, mégot et dos voûté,

La vie à  Cappy, il a traversé.

 

Il  d’mande si peu d’ choses,

sentir la rose et pas l’arthrose.

On l’aime bien Jean-Bernard,

Il en sait plus qu’il n’en déclare.

 

Ainsi va Jean-Bernard

Charlesp

 

 

 

( 15 novembre, 2017 )

La Somme……

La somme
S’écoule tout en lenteur,
Au paradis des pécheurs.
D’étangs en étangs
Façonnés par le temps.

La somme, pour l’apprécier, au levant
Il te faut prendre ton temps.
Façonnés les étangs, par ses habitants,
Il y a bien longtemps.

Arrivés vers l’an deux cent un
Peu de temps après jésus.
Comme dab, gaulois et romains,
Au taf, pas crésus.

Organisé l’coin, étangs et moulins,
Barrages, et routes, bosseurs les romains !
Ici tu dis ‘ min coin’, et il en a vu l’coin,
L’clocher et le chapelain.
.

Bien avant Versailles, rois et évêques,
En vacances au bord de l’eau.
En leurs châteaux toujours en fêtes
Marquaient les cygnes de leurs sceaux.

sur le sol, assis, regarde, détendu
Les étangs, à perte de vue.
Juste les canards au loin,
De patelins en patelins.

Respecte lieux et habitants
Tu apprécieras, tu reviendras, pas de doutes.

Ainsi va la vie
Charles en pWIN_20170526_12_53_00_Pro

( 10 novembre, 2017 )

LIEN POUR PHOTOS DE GARRY

<iframe src= »https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fgarry.photo%2Fphotos%2Fa.10155485934628903.1073741828.102798418902%2F10155762398083903%2F%3Ftype%3D3&width=500″ width= »500″ height= »429″ style= »border:none;overflow:hidden » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowTransparency= »true »></iframe>

( 5 novembre, 2017 )

Elle avait vingt ans

Comment croire en toi, si puissant,

Tu donnerais la vie,

Ne peut pas à toi être asservi.

Gamin, j’ai failli croire en ta puissance,

Très vite, j’ai douté.

Combien de morts en croyance!

Très vite devenu athée,

La vie cruelle, toute seule, reprends,

La joie de tes vingt ans.

Pas besoin de dieu si impuissant,

Pour revoir un enfant.

Dans nos cœurs, souvenirs à jamais,

Gravés par tes souvenirs.

Ce serait bien qu’il existe, j’aimerais!

Il nous prive de tes rires.

La vie, normale,banale, en charge

De nos joies et tristesses.

A nous de ne pas oublier, en marge,

De notre chemin,Princesse.

Impossible de dire à bientôt, suis athée,

Ton sourire nous affole.

Un signe de la main, un au revoir, choyé,

Putain de bagnole.

Nous vivants,jamais ne t’oublieront !

Ainsi va la vie

Charles pas en p

( 2 novembre, 2017 )

Olivier à l’huile et couteau

WIN_20171102_11_42_25_Pro

( 2 novembre, 2017 )

Mes tableaux

WIN_20170528_18_47_47_ProWIN_20170207_20_58_31_ProWIN_20170630_16_54_53_Pro

( 1 novembre, 2017 )

Le monde à l’envers

Le monde à l’envers.

Le monde marche sur la tète,
Y a plus d’joie, plus de fête,
La guerre, le climat, la misère,
Manque plus que l’nucléaire.

L’président a retrouvé l’ moral,
Il a fourgué des armes en rafale,
Moins d’chomdu, plus de morts,
Ils ont ouvert la boite de pandore.

Esclaves, migrants morts en mer,
Au nom d’la liberté au gout si amer,
Ils meurent par milliers, en rafales,
Fuyant c’te guerre devenue mondiale.

Les présidents nous font la morale,
Espérant une élection triomphale,
Ils nous promettent mars et la lune,
J’croyais qu’on n’avait plus une tune.

J’voudrais partir sur la planète lune,
Avec mon compagnon d’infortune,
L’ami pierrot, versant une larme
Sur cette terre ayant tant de charme.

Mon ami pierrot, au clair de la lune
Préfère rester seul et sans une tune.

Ainsi va la vie
charlesp 

( 1 novembre, 2017 )

Couteau,pinceau

14390970_1786717204943384_8339712076810627978_nle-pacha-225x300

( 25 octobre, 2017 )

j’aurais voulu…

Salut mon pote Pierrot,
J’suis p’téte un peu idiot,
J’aurais voulu être Léonard,
Et aussi l’ami de Fragonard.

J’aurais voulu ętre Brassens ,
Mes mots n’ont pas de sens,
j’ai croisé un cheval blanc,
tous derričre, et lui devant.

j’aurais voulu ętre Napoléon,
Rivoli, Arcole héros sur le pont.
J’ne suis qu’un p’tit bidasse,
Sans grade, ni grande audace.

J’aurais voulu ętre m’sieur Brel,
Aux marquises intemporelles.
J’uis rester sur le continent,
Dansant la valse ŕ mille temps.

J’viens du plat pays, des flamandes ,
Jeleur apporte des bonbons,
Ils sont si bons.

Ainsi va la vie
Charlesp556456_516500305060815_488386490_n

12345...13
Page Suivante »
|